Le guide de votre bien-être à domicile

Ennéagramme

Actualités

Trouble de la personnalité: le borderline

Le trouble borderline concerne 2% de la population selon l'Organisation Mondiale de la Santé, avec une prévalence chez les femmes.
Il s'agit d'un trouble de l'émotion qui se déclare principalement à l'adolescence. Une personne borderline vit ses émotions dans l'excès et présente donc une personnalité extrêmement changeante. Le moindre petit déclencheur (un mot, un regard, une odeur) peut provoquer une colère excessive et incontrôlable.

Cette inconstance rend très difficile l'intégration d'un borderline dans le milieu du travail ou le maintien de relations amoureuses et amicales saines.
Car le trouble borderline est aussi une pathologie du lien : leur rapport à eux-mêmes étant très perturbé, les borderline se placent systématiquement dans des relations de dépendance affective, avec une immense peur de l'abandon.

Résultat : ils se retrouvent souvent seuls et en marge de la société et, cercle vicieux oblige, ont tendance à l'auto-sabotage.

Enfant perfectionniste: ce que l'ennéagramme révèle

On appelle la base 1 le perfectionniste, d’autres auteurs le nomment le réformateur, un auteur l’appelle le bâtisseur de l’ordre

L'enfance et son influence
Enfant, le perfectionniste a été valorisé en étant quelqu’un de bien, de fiable, sérieux, honnête, rigoureux. Nous ne sommes pas accepté pour ce que nous sommes mais pour ce que nous faisons de bien et si possible de très bien. Il faut que les personnes qui entourent les perfectionnistes sentent qu'ils peuvent compter sur eux. Un fort esprit critique les habite, une forte exigence aussi et la recherche de la perfection les rassure.

L'exigence au sommet
C’est ce qui complique fort la vie du perfectionniste, c'est le fait qui trouve normal d’être exigeant, de travailler beaucoup de vouloir dans tous les domaines de sa vie s’améliorer et progresser, sinon il ne trouve aucun intérêt à la vie. Et il imagine que c’est pareil pour tout le monde.

Relation parents et enfant: comment l'ennéagramme peut aider

Chacune des tendances comportementales possède ses propres caractéristiques, qui "nourrissent les scénarios relationnels typiques". Les 9 profils sont dressés suivant trois modes de fonctionnements qui s’additionnent et créent la personnalité grâce à des mécanismes fondamentaux que sont : le centre instinctif (« comment » la recherche de positionnement,la survie), le centre émotionnel (la sensibilité au « qui » la recherche d’identité, les besoins personnels), et le centre mental (l’essentiel du « pourquoi »lié au raisonnement, à l'analyse et à la planification).
En fonction des profils, l’un ou l’autre des centres est dominant. Le profil et ses tendances se tracent au cours de la vie, avec le temps, les croyances, les peurs et ce que l’on ressent au quotidien. En cas de stress, les schémas comportementaux se modifient.

On apprend par exemple qu’un enfant « discipliné » cherche avant tout à être parfait, ce qui suscite chez lui une anxiété et une peur de la critique. Il accueille le changement avec plaisir, côté loisir il cherche à faire des progrès constants. De nature à se mettre beaucoup de pression, mieux vaut donc être plutôt souple côté éducation.
Un enfant au profil « original » cherche à être différent, il se démarque par son sens de l’observation et son hypersensibilité, à l’âge de 5/6 ans il peut projeter sur ses poupées et figurines toutes sortes de souffrances, à l’école il rêve, l’autorité peut le chagriner. Il faut garder un point de vue neutre pour l’aider à y voir clair.

Même si chaque parent pense connaître par cœur son enfant, il est parfois plus compliqué qu’il n’y parait, car souvent il s’agit d’un effet miroir, une projection sur eux d’une réalité idéalisée.
Au-delà de l’enfant, le livre pointe son rôle et le travail qu’il a à faire, car il s’agit bien d’un travail tant sur l’enfant que sur soi. L’ennéagramme peut s’appliquer plus globalement dans les relations aux autres afin de balayer les préjugés, susciter l’auto-observation et l’observation d’autrui, rétablir l’équilibre pour évoluer, adopter une meilleure communication. Par ailleurs, le livre tient compte de la personnalité du parent qui correspond lui aussi à l’un des 9 profils. Il expose ainsi les réactions à adopter si le parent est à tendance affectueuse, originale, créative, disciplinée...

L'ennéagramme: un atout pour une vie de couple

L’ennéagramme permet de prendre conscience de son trait de caractère principal, caractérisé par une vertu. Les objectifs des formations à l’ennéagramme sont triples : se connaître soi-même, en définissant notamment quelle est sa vertu principale, mieux comprendre les autres et mieux vivre ensemble.

Outil de connaissance de soi et de l’autre, l’ennéagramme peut se révéler d’une grande aide au sein du couple. Il engage les conjoints à être plus attentifs aux attentes et aux demandes, parfois silencieuses, de l’autre. On donne l’exemple d’un couple au seuil de la rupture, qui, après le premier jour du stage, ont réalisé que leur discorde prenait racine dans leur différence de rythme. Lui ne supportait pas l’agitation et la pression. Elle ne se sentait vivre que par un agenda surchargé. La simple prise de conscience que l’autre était différent leur a permis de se remettre en question, tout en considérant l’autre avec miséricorde. Résultat, lui a accéléré et elle, a ralenti le rythme.

L’ennéagramme est un outil de compassion. En comprenant les intentions et la logique de l’autre, il est probable que nous serons de moins en moins tentés de le juger ou de le critiquer. Il invite à porter un regard plein de miséricorde.

Etre amoureux : les signes qui ne trompent pas

Etre Fou amoureux ! Selon les scientifiques ce n’est pas qu’une expression. L’amour change les comportements sans le vouloir. De nombreux chercheurs se sont concentrés sur le sujet pour prouver qu’il y a des choses étranges que les gens font par amour.

-l’amour rend bête : le Dr Henk Van Steenbergen, professeur à l’Université Leiden au Pays-Bas affirme que le sentiment amoureux affecte la concentration. Une personne amoureuse sera moins apte à effectuer une tâche demandant de la concentration qu’une personne normale. Les fonctions cognitives sont plus concentrées sur la personne aimées et les autres fonctions passent en seconde place.
-l’amour fait planer : l’amour a les mêmes effets que la drogue car ce sentiment active le même système neuronal lié à l’addiction à la cocaïne. C’est ce système qui donne la sensation d’euphorie. L’amour procure une grande exaltation tout comme la cocaïne selon le Dr. Lucy Brown, professeur de neurologie et de neuroscience à l’Albert Einstein College of Medicine de New York
-l’amour apaise les douleurs : le Dr Arthur Aron, professeur de psychologie à Sonny Brook a publié que certaines parties du cerveau sont activées par la passion amoureuse, ces parties sont les mêmes que celles touchées par les médicaments pour soulager la douleur.
-l’amour change le rythme cardiaque : une personne amoureuse synchronise les battements de son c½ur avec l’être aimé. Les rythmes sont plus rapides et c’est boostant.
-l’amour fait monter la voix : la femme monte la voix lorsqu’elle discute avec la personne qui l’attire. Une personne qui est amoureux essaie de reproduire la même tonalité vocale que son ou sa partenaire.
-l’amour rend aveugle : le sentiment est fort que les priorités ne sont plus les mêmes pour les personnes touchées. Les personnes qui pensent beaucoup à leurs partenaires n’ont plus le même regard sur les autres hommes ou femmes.
-l’amour dilate les pupilles : les yeux sont les miroirs de l’âme. En Science, la dilatation des pupilles indique des états d’émotions profondes. L’amour est plus puissant que la colère.